Respiration

Le karaté possède une très bonne méthode respiratoire qui divisé en cinq genres / façons et en dix variations – GO-SHU JU-KEI – D’ailleurs aucun art martial n’a su autant que le karaté – NAHA-TE – systématiser de façon claire sa méthode respiratoire. Tout particulièrement la méthode respiratoire étudier et perpétuée par le NAHA-TE n’a d’égal nulle part ailleurs dans le monde.

Tout pratiquant de karaté doit chercher à être en harmonie et en fusion avec le ciel et la terre et comme moyen d’y arriver le karaté possède les 3 méthodes de régulations que l’on nomme SAN-CHO-HO et qui comprend :

  • La régulation du corps, CHO-SHIN-HO
  • La régulation de la respiration, CHO-SOKU-HO
  • La régulation du cœur, CHO-SHIN-HO

Les 5 méthodes respiratoires :
Le karaté propose sa propre technique respiratoire, KISOKU-HO avec ses cinq méthodes différentes, enrichies de variations que nous appellerons < inspiration et expiration de l’air >, KISOKU NO TON-DO. Souvent enseigné et documenté que par le SHITO-RYU.

Nous résumerons le procédé de ces cinq méthodes respiratoires de la façon suivante :

1. Inspiration longue et expiration longue,

  • CHO-TON CHO-TO, inspirer en produisant un sifflement prolongé su son SÛU ….
  • et expirer dans un sifflement long avec le son HÂA…

2, Inspiration longue et expiration courte,

  • CHO-TON TAN-TO, inspirer en produisant un sifflement prolongé su son SÛU…
  • et expirer dans souffle bref et aigu avec le son HA.

3. Inspiration courte et expiration courte,

  • TAN-TO CHO-TO, inspirer en produisant un sifflement bref et aigu su son SÛ
  • et expirer dans un souffle bref et aigu avec le son HA.

4. Inspiration courte et expiration longue,

  • TAN-TON CHO-TO, inspirer en produisant un sifflement bref et aigu su SÛ
  • et expirer dans souffle long avec le son HÂA.

5. Inspiration en forme ondulée, HAKEI TON-DO, combinaison des quatre méthodes précédentes :

  • La 1 peut être associé avec les trois autres (1-2, 1-3, 1-4)
  • La 2 peut être associé avec (2-3, 2-4)
  • La 3 peut être associé avec (3-4)

La cinquième forme propose ainsi six variations et cela fait « cinq genres » – GO-SHU -, donnant lieu à « dix variations » – JU-SHU – possibles.

Aussi nommons-nous cette méthode respiratoire du karaté « cinq genres, les dix variations » – GO-SHU JU-KEI. Lorsque nous travaillons un kata, il convient d’adopter dans chacune de ses séquences et selon la spécifité du mouvement, l’une de ces variations adéquate parmi ces cinq genres. Autrement dit, le karaté propose à ses pratiquants d’acquérir différentes modes de respirations suivant les mouvements effectués.

Il arrive souvent que des pratiquants aient une respirations forte après avoir exécuté un kata. Cet état d’essoufflement est dû soit à une mauvaise adaptation de la façon de respirer dans certains passages, soit carrément à un mauvais choix de la méthode respiratoire.

Il ne faut cependant pas oublier que prédéterminer telle méthode respiratoire à telle séquence de tel kata est impossible : l’adoption de la méthode respiratoire adéquate relève d’une question personnelle et donc ce qui convient aux uns ne convient pas forcément aux autres. Aussi est-il primordial de mener le travail des kata tout en pensant à l’interaction entre chaque technique et la question respiratoire. L’important est pour chacun d’essayer de chercher à accorder son propre rythme et le mouvement à exécuter.

Le karaté propose ainsi d’exécuter le kata en prenant conscience de KISOKU NO TON-DO « INSPIRATION ET EXPIRATION DE L’AIR »

Donc dans nos prochaines pratiques, nous allons débuter par faire notre kata lentement et trouver notre rythme respiratoire.

Bibliographie

  • Mabuni Kenei. La voie de la main nue. France: DERVY, 2004